flag_enflag_fricon_affiliationicon_cardsicon_charactersicon_chequeicon_coeuricon_compteicon_diceicon_discounticon_facebookicon_figurineicon_filtericon_gifticon_helmeticon_instagramicon_lightningicon_meeple_circleicon_meepleicon_meeplesicon_megaphoneicon_opinion-bubbleicon_pandaicon_paniericon_pen-brushicon_percenticon_playicon_postmanicon_ribbonicon_rocketicon_sherifficon_smiley-negativeicon_smiley-positiveicon_sorticon_staricon_swordsicon_tankicon_thumbsicon_top-gamesicon_towericon_twittericon_videoicon_wishlisticon_youtubeillus_bankwireillus_bubbleillus_cashondeliveryillus_cb_paypalillus_CBillus_chequeillus_rating-starslogo_paypallogo_philibert_noel_bonnetlogo_philibert_noel_tabletlogo_philibert_noellogo_philibertlogo_ukoo

Wangdo

MAT-SWAN001

Un nouveau roi des Ours doit être élu. Qui parmi les 4 clans sera désigné ? Quel prince aura les compétences nécessaires pour accéder à la succession ?

  • Français
  • à partir de 8 ans
  • moins de 30mn
  • 2 à 4 joueur(s)
23

En achetant ce produit collectez jusqu’à
23 Phib'z

Produits 23, bonus total panier 0, et bonus pré-commande 0

Les avis ludiques sur ce jeu

39,90 €

Ce produit n'est plus en stock

Frais de port à partir de 1,95€ - Offerts à partir de 60€ (France métro.)

Ajouter à une liste :

Listes d'envies

Wangdo

Il y a bien longtemps, avant l'ère de l'homme, il y avait quatre clans d'ours qui aidaient le roi à régner sur l'Asie du nord-est. Le temps est venu pour le roi de décider qui sera l'héritier du trône. Les clans envoient leurs princes dans le monde pour acquérir toutes les compétences nécessaires pour devenir le prochain roi. Ils voyagent de ville en ville et construisent des statues d'ours sacrés ; ils héritent en retour de connaissances sur la religion, l'éducation, l'armée et le commerce. Le nouveau voyage est sur le point de commencer. Quel ours accédera au trône ?
Thème(s) AnimauxAsie
Langue(s) Français
Mécanisme(s) Collection
Auteur(s) Frank Crittin, Grégoire Largey, Sébastien Pauchon
Note globale 4.3
Éditeur Matagot

Autres langues

Ce jeu est conseillé par 7 de nos Blogueurs

Les Blogueurs ont donné une note de 4.4/5 sur ce produit
4.4/5
  • Ce jeu a été joué et recommandé par Vonguru, voici son avis :

    4/5

    Si Wangdo paraît extrêmement simple, il est passé par d’innombrables itérations thématisées tout à fait différentes, et parfois bien plus alambiquées, comme le révèlent les trois auteurs à la fin du livret de règles. On est même pas passé loin d’un jeu de food trucks avec quatre marchés fluctuant séparément, avant d’aboutir à la collection de connaissances pour des ours prétendant à un trône en Asie orientale. Le principe fondateur était cependant identique, le théorème des quatre couleurs qui établit qu’il suffit de… Quatre couleurs pour que jamais deux cases adjacentes d’une surface quadrillée ne partagent la même.

    D’un théorème cartographico-géométrique il s’agissait cependant de faire un jeu, et Wangdo surprend agréablement par son application très intuitive, dans un jeu adoptant une élégante simplicité, presque enfantine, quand on pouvait redouter une sophistication calculatoire. Aussi ai-je lu çà et là qu’il s’adressait vraiment aux enfants, une assertion étrange à une époque où un Kingdomino ou un Oriflamme, qui ne sont pas tellement plus complexes, peuvent ravir les passionnés et collectionner les récompenses les plus prestigieuses.

    S’agit-il d’y dénigrer le hasard, une prétendue place laissée au chaos ? Il n’apparaît que dans l’arbitraire adoption d’un ordre des joueurs et dans la pioche de cartes Sceau, mais personne ne jouera moins que les autres, le placement est à la fois libre (dans le sens où l’on ne peut jamais complètement bloquer un adversaire) et contraint (dans le sens où l’on ne peut pas se poser n’importe où au détriment de la tactique) ; et en tout cas, il est toujours éclairé par la connaissance de tous les facteurs pouvant l’influencer. Les cartes Sceau sont relativement équilibrées, d’autant que le jeu encourage à ne pas les utiliser sans réfléchir – voire parfois à ne pas les utiliser du tout afin de remporter les occasionnelles égalités…

    Le thème a pu jouer bien sûr, comme si l’on n’avait pas vu des jeux experts adopter les formes les plus mignonnes (Root, Dawn of Peacemakers) ou des jeux enfantins assumer l’abstraction. En l’occurrence, on est parfaitement dans le gateway game, le jeu-passerelle pour initier le néophyte à un jeu de plateau charmant, coloré, et plus rigoureux que ce à quoi il pourrait être habitué, avec de petites subtilités capables de le stimuler, et pour satisfaire l’habitué sans prétendre lui procurer des sensations inédites ou extraordinaires ; seulement en lui promettant un joli moment en compagnie avec ces très jolis ours.

    L'intégralité de mon test de Wangdo est lisible sur VonGuru : https://vonguru.fr/2020/03/20/wangdo-quand-des-ours-erigent-des-steles-pour-apprendre-la-sagesse/

    1 personne a trouvé cet avis utile
  • Ce jeu a été joué et recommandé par Des Jeux Une Fois, voici son avis :

    5/5

    Nom de djeu ! Comment faire un jeu simple, avec des actions simples mais qui sollicite une grande réflexion ! Au début de partie, il sera assez facile de collecter des jetons connaissance car il y aura peu de stèles adjacentes à ceux-ci. Vous aurez donc facile de placer une stèle différente à celle adjacente au jeton que vous voulez prendre. Vous ne dépenserez en plus qu’une seule stèle.


    Il sera cependant de plus en plus difficile de placer vos stèles lorsque le plateau se remplit progressivement de stèles que les joueurs ont placées. Chaque jeton connaissance pourrait être adjacent à 3 stèles de couleurs différentes puisque tous les villages se croisent. Vous devrez donc avoir 4 stèles de couleurs différentes : une pour la placer afin qu’elle soit différente des 3 stèles adjacentes au jeton que vous prenez, et les 3 autres pour payer puisque les stèles dépensées doivent être identiques aux stèles adjacentes.

    Après plusieurs parties consécutives à 3 joueurs, tout le monde avait fini le même tour. Ce qui nous départageait était le nombre de sceaux à la fin. Le jeu nous impose ici 2 dilemmes : la rapidité ou l’efficience.

    Vous pouvez rapidement réunir les 4 paires de jetons connaissance en utilisant à chaque fois les cartes sceaux et en ne faisant pas attention aux sceaux présents ou non sur les jetons connaissance. Si vos adversaires ne gèrent pas bien leurs coups, ça peut s’avérer payant. Ce qui n’était pas le cas chez moi car mes adversaires étaient redoutables !

    Vous pouvez aussi être efficient en essayant de prendre que les jetons avec un sceau tout en dépensant le moins de stèles afin de ne pas perdre de temps à piocher des stèles. Cela exige un peu de chance dans les tirages et d’observer attentivement le plateau pour prendre les bons jetons aux bons moments. Il faut aussi regarder le jeu des autres joueurs et leur mettre des bâtons dans les roues. Prenez par exemple le jeton qu’il voulait avant lui ou entourez le jeton qu’il vise avec de stèles de différentes couleurs. Il aura donc plus difficile à l’avoir.

    Quant aux cartes sceaux, il est utile d’en utiliser un minimum car chacune des cartes non utilisées vaut un sceau en fin de partie. En cas égalité, ces sceaux vont vous départager !

    Wangdo est donc un petit jeu de gestion et de pose stratégique de stèles d’ours qui se distingue par une mécanique très bien pensée où la croisée des chemins en fait un jeu particulier. Un coup de cœur, une fois !

    Article complet: https://desjeuxunefois.be/index.php/2020/08/13/wangdo/

  • Ce jeu a été joué et recommandé par Sentiers De l'Imaginaire Sdimag, voici son avis :

    4/5

    L’ours qui voulait être roi


    Dans ce jeu écrit à six mains et superbement édité par Matagot, les joueurs incarnent le prince d’un des quatre clans de l’Ours qui conseille depuis des lustres le roi… Le vieux monarque souhaite désigner parmi eux son successeur et chacun devra arpenter le royaume pour faire montre de sa connaissance et de sa sagesse…

    Le trio d’auteurs ayant signé l’excellent Ankh'or (Frank Crittin, Grégoire Largey et Sébastien Pauchon) se reforme pour créer un jeu destiné à devenir un futur classique du jeu familial…

    Rapide à expliquer et à mettre en place, tendu quelle que soit sa configuration (même s’il est plus calculatoire à deux), doté d’un matériel sympathique élégamment habillé par Jakub Rebelka et offrant à chaque tour des choix savoureux, Wangdo est un jeu abstrait qui réunira autour d’une même table plusieurs générations de joueurs…

    Retrouvez la chronique complète par ici : http://sdimag.fr/index.php?rub=0&art=Affiche_Fiche&&aff_param=2&ID=5670#4090

  • Ce jeu a été joué et recommandé par Vonguru, voici son avis :

    4/5

    Si Wangdo paraît extrêmement simple, il est passé par d’innombrables itérations thématisées tout à fait différentes, et parfois bien plus alambiquées, comme le révèlent les trois auteurs à la fin du livret de règles. On est même pas passé loin d’un jeu de food trucks avec quatre marchés fluctuant séparément, avant d’aboutir à la collection de connaissances pour des ours prétendant à un trône en Asie orientale. Le principe fondateur était cependant identique, le théorème des quatre couleurs qui établit qu’il suffit de… Quatre couleurs pour que jamais deux cases adjacentes d’une surface quadrillée ne partagent la même.

    D’un théorème cartographico-géométrique il s’agissait cependant de faire un jeu, et Wangdo surprend agréablement par son application très intuitive, dans un jeu adoptant une élégante simplicité, presque enfantine, quand on pouvait redouter une sophistication calculatoire. Aussi ai-je lu çà et là qu’il s’adressait vraiment aux enfants, une assertion étrange à une époque où un Kingdomino ou un Oriflamme, qui ne sont pas tellement plus complexes, peuvent ravir les passionnés et collectionner les récompenses les plus prestigieuses.

    S’agit-il d’y dénigrer le hasard, une prétendue place laissée au chaos ? Il n’apparaît que dans l’arbitraire adoption d’un ordre des joueurs et dans la pioche de cartes Sceau, mais personne ne jouera moins que les autres, le placement est à la fois libre (dans le sens où l’on ne peut jamais complètement bloquer un adversaire) et contraint (dans le sens où l’on ne peut pas se poser n’importe où au détriment de la tactique) ; et en tout cas, il est toujours éclairé par la connaissance de tous les facteurs pouvant l’influencer. Les cartes Sceau sont relativement équilibrées, d’autant que le jeu encourage à ne pas les utiliser sans réfléchir – voire parfois à ne pas les utiliser du tout afin de remporter les occasionnelles égalités…

    Le thème a pu jouer bien sûr, comme si l’on n’avait pas vu des jeux experts adopter les formes les plus mignonnes (Root, Dawn of Peacemakers) ou des jeux enfantins assumer l’abstraction. En l’occurrence, on est parfaitement dans le gateway game, le jeu-passerelle pour initier le néophyte à un jeu de plateau charmant, coloré, et plus rigoureux que ce à quoi il pourrait être habitué, avec de petites subtilités capables de le stimuler, et pour satisfaire l’habitué sans prétendre lui procurer des sensations inédites ou extraordinaires ; seulement en lui promettant un joli moment en compagnie avec ces très jolis ours.

    L'intégralité de mon test de Wangdo est lisible sur VonGuru : https://vonguru.fr/2020/03/20/wangdo-quand-des-ours-erigent-des-steles-pour-apprendre-la-sagesse/

    1 personne a trouvé cet avis utile

Voir plus d'avis


Ce jeu est conseillé par 1 de nos Clients

Les Clients ont donné une note de 3/5 sur ce produit
3/5
  • le 12/02/20

    3/5

    Joli, mais à vouloir faire un jeu épuré, on se retrouve avec un jeu limite simpliste. A réserver en découverte du jeu de société moderne peut être. Bref, pas vraiment convaincu.

Vous devez être identifié pour soumettre des avis.

*Voir nos conditions de Frais de port

Newsletters Ne ratez rien de l'actu ludique !

2. Sélectionnez vos abonnements

En cliquant sur s'inscrire, vous acceptez de recevoir des newsletters de Philibert. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.