flag_enflag_fricon_affiliationicon_cardsicon_charactersicon_chequeicon_coeuricon_compteicon_diceicon_discounticon_facebookicon_figurineicon_filtericon_gifticon_helmeticon_instagramicon_lightningicon_meeple_circleicon_meepleicon_meeplesicon_megaphoneicon_opinion-bubbleicon_pandaicon_paniericon_pen-brushicon_percenticon_playicon_postmanicon_ribbonicon_rocketicon_sherifficon_smiley-negativeicon_smiley-positiveicon_sorticon_staricon_swordsicon_tankicon_thumbsicon_top-gamesicon_towericon_twittericon_videoicon_wishlisticon_youtubeillus_bankwireillus_bubbleillus_cashondeliveryillus_cb_paypalillus_CBillus_chequeillus_rating-starslogo_paypallogo_philibert_noel_bonnetlogo_philibert_noel_tabletlogo_philibert_noellogo_philibertlogo_ukoo

Mech a Dream

BOME6042022

Dans Mech a Dream, gérez votre temps et vos ressources dans le but de fabriquer des machines à rêves pour votre robot !

  • Français
  • à partir de 10 ans
  • 30mn à 1h
  • 2 à 4 joueur(s)

Les avis ludiques sur ce jeu

40,50 €

Disponible

Frais de port à partir de 1,95€ - Offerts à partir de 60€ (France métro.)

Ajouter à une liste :

Listes d'envies

Usez bien de votre temps, mais sans le perdre !

2143. Humains et robots se rendent mutuellement d’innombrables services. Les robots étant incapables de rêver, les humains démarrent la construction de machines à rêves pour les satisfaire le mieux possible. Grâce à votre atelier, participez au magnifique projet MECH A DREAM durant la semaine de travail impartie : produisez un maximum de rêves pour votre robot en optimisant vos ressources et le temps de fabrication de vos machines. Votre compère mécanique pourra ainsi répondre à la question qui nous anime tous : “Les robots rêvent-ils de moutons électriques ?”

Thème(s) IndustrieScience Fiction
Langue(s) Français
Mécanisme(s) Ressources
Création Antoni GuillenThomas Dupont
Illustrations Mark Oliver
Note globale 4.2
Éditeur Blue Orange

Présentation

Ludochrono

Un Monde de Jeux

Philibert

Ce jeu est conseillé par 6 de nos Blogueurs

Les Blogueurs ont donné une note de 4.2/5 sur ce produit
4.2/5
  • Ce jeu a été joué et recommandé par le.meeple.jaune, voici son avis :

    4/5

    Le jeu propose une thématique plutôt originale et plaisante. Nous allons aider les robots à rêver ! Alors oui, mais uniquement sur le papier… On repassera pour le rêve et surtout pour l’immersion. Le thème est vraiment anecdotique même s’il permet un univers graphique singulier. Revenons deux minutes sur les choix esthétiques ; les couleurs criardes, pourquoi pas, la forme losange des tuiles, ok, l’impression trois dimensions, allez, je veux bien… Mais la taille des informations distillées sur les tuiles et les plateaux, c’est juste impossible. On ne voit rien ! Tout est minuscule et embrouillé par des plateaux hypers chargés inutilement. Les curseurs de décompte de points bougent sans arrêt. Ce manque de praticité et de lisibilité est vraiment dommageable. La mécanique est, en effet, plutôt chouette. Il s’agit d’un placement d’ouvriers très tendu dans le but de construire des tuiles Robot. Certaines permettent des capacités quand d’autres octroient directement des points de victoire une fois construites. Cette construction se matérialise sur un tapis roulant, symbolisant une chaîne de fabrication. Ainsi, une tuile prendra un certain temps pour être réalisée, le temps qu’elle parcourt son petit circuit. Évidemment, plus les robots sont en état de marche rapidement, plus les joueurs récupéreront des ressources et seront efficaces pour améliorer la chaîne de production. Vous l’aurez compris, MECH A DREAM permet la réalisation d’un moteur de plus en plus qualitatif dans un temps de partie limitée. Oui, parce que le jeu ne dure pas plus d’une heure. Les joueurs devront donc faire des choix très sélectifs dans les tuiles qu’ils souhaitent acquérir pour ne pas perdre de temps. Le temps est d’ailleurs l’idée sous-jacente de la mécanique proposée puisque chaque ouvrier ne disposera pas des mêmes actions selon le moment auquel il est joué. MECH A DREAM est une très belle surprise. Si l’on fait abstraction de son problème d’ergonomie, l’expérience est fluide, relativement originale de par ce système ingénieux de tapis roulant, et franchement plaisante. C’est sans doute un peu répétitif, comme le sont souvent les jeux de pose d’ouvriers, mais le temps de partie rapide contrecarre ce bémol. Les règles sont accessibles alors que le titre réclame une certaine profondeur de réflexion pour se faire un moteur à ressources et points de victoire efficace.

    3 personnes ont trouvé cet avis utile
  • Ce jeu a été joué et recommandé par Yozone Jeux, voici son avis :

    4/5

    Blue Orange est un éditeur largement connu pour ses jeux familiaux et ses jeux destinés aux enfants. L’éditeur souhaite donner à jouer des règles accessibles, rapides à assimiler et à mettre entre toutes les mains.

    À travers cette nouvelle proposition ludique, l’on peut entrevoir une orientation éditoriale nouvelle. Blue Orange a fait cette fois appel au talent des auteurs Thomas Dupont (« Codex Naturalis », la gamme « Cartaventura, « Rush Out », « Dunaïa ») et Antoni Guillen (« Monki »), et de l’illustrateur Mark Oliver pour élargir la gamme en créant un jeu plus complexe à l’univers high tech « psychédécalé ».

    Il vous incombe en abordant ce jeu, de concevoir les plus beaux rêves pour des robots auxquels vous devrez assurer un agréable sommeil par la gestion de votre usine à rêves. Cette usine fabrique des rêves à hauteur de robot. Des rêves d’herbe verte, de fleurs blanches et de moutons.

    Votre mission sera de récupérer des tuiles Machine contre différentes ressources afin de les produire sur votre tapis de construction. Il faudra optimiser votre usine et offrir les plus beaux rêves possibles. Les plus beaux étant dans ce cas, ceux qui rapportent le plus de points.


    Dans la boîte
    Vous disposez d’un plateau personnel joueur sur lequel faire avancer vos machines et compter vos points de moutons électriques. Le carton est assez épais mais le plateau étant plié, lors de sa mise en place, une irrégularité se forme qui peut faire légèrement glisser vos tuiles machines.
    Vous y comptabilisez aussi vos 2 ressources principales, l’encre magique et les fleurs électriques, sous la forme de 2 roues qui évitent les objets à manipuler et sert aussi à en limiter la possession, premier point de gestion. Il vous reste les arc-en-ciel, les meeples assistants et votre compteur de points/moutons électriques tous en bois.

    Sur un plateau central, aussi épais et à double face pour pouvoir jouer avec un module avancé, sont disposées les différentes actions du jeu, prises de ressources, de bonus et de tuiles.

    Ces dernières, comme les plateaux, sont graphiquement designées en perspective 3D. Ce qui donne des tuiles peu aisées à mélanger (lorsque l’on est un peu gauche), et une vision perspective du jeu un peu troublante. Cependant, l’œil s’habitue vite et le format se laisse prendre en main rapidement.

    Au final, le matériel sans plastique (excepté les petites attaches pour les compteurs), très fun et coloré, est agréable à manipuler et apporte une touche de fantaisie à l’ensemble.


    Comment on joue ?
    Sur votre plateau joueur, vous enverrez travailler à l’usine successivement 3 assistants, un le matin, un l’après-midi et un le soir.
    Soit au magasin de stockage pour récupérer des ressources, soit sur le quai de livraisons afin de bénéficier de différents bonus (encres magiques, fleurs électriques, engrenages permettant de relancer une de vos tuiles Machine construites, points de victoire ou sabliers qui font avancer vos tuiles Machine), ou encore pour récupérer une tuile Machine en en payant le coût en ressources et pour la poser sur votre tapis roulant.
    Au fil de la journée, les assistants voient leur rendement baisser et donc la force de leurs actions diminuer. Ingénieuse trouvaille !

    Puis les machines progressent dans leur construction si un assistant au moins se trouve dessus. Et il faudra continuer à les faire avancer pour qu’elles parviennent au bout de la chaîne et soient construites. Ainsi opérationnelles, pendant la phase de nuit, elles produiront différentes ressources gratuitement ou contre d’autres ressources.

    Au bout des 7 manches de 3 tours, celui qui a le plus de points remporte la partie.


    On en pense quoi ?
    Dès la couverture au design très graphique et coloré, on se demande sur quel genre de jeu on va tomber. L’aspect est attirant mais cela s’adresse-t-il uniquement aux enfants ou bien le « 10 ans et + » sur la boîte permet-il d’envisager qu’il puisse aussi toucher les adultes ?

    Surtout que l’inspiration thématique semble provenir du fameux roman de science-fiction de l’auteur Philip K.Dick intitulé « Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? » qui a donné « Blade Runner » au cinéma, et on ne peut pas dire que l’ambiance était au beau fixe avec une vision de notre futur très dark, un monde ravagé pluvieux, au bord du déclin. L’année 2019, celle du film, est maintenant passée et les voitures ne volent toujours pas. Pour ce qui est du reste… à chacun de juger.

    À l’ouverture de la boîte, le matériel tout carton aux graphismes qui peuvent rappeler l’univers Lego donne envie de s’en emparer comme on le ferait d’un jouet.

    Il est visuellement riche, regorgeant de couleurs flashy, très tranchées, permettant à la fois une immersion dans un monde « parallépipédique », robotisé, qui pourrait tout à fait correspondre à des décors d’un nouveau long-métrage de chez Pixar, et en même temps qui reste très lisible, après s’être habitué à la perspective 3D qui déconcerte un peu à la découverte du jeu.

    D’apparence un peu denses, les plateaux sont pourtant très fonctionnels, les emplacements deviennent rapidement évidents et logiques et les icônes sont très claires, porteuses de sens dans le jeu.

    La séquence de jeu en 2 grandes phases, jour et nuit, permet d’enchaîner les actions avec logique. Cependant, pour les joueurs débutants, jeunes ou moins jeunes, il faudra appréhender cette pratique avant d’en saisir concrètement l’efficacité.


    Au-delà de son aspect enfantin tout mimi, « Mech A Dream » impose très vite une réflexion.
    Les assistants étant de moins en moins efficients au fil de la journée, il faut décider du bon moment de la récolte des ressources ou des tuiles.
    Le choix de ces dernières ne doit pas être pris à la légère car selon le temps qu’elles demandent pour être construites, vous devrez bien choisir ensuite les bonus de sablier, qui autorisent leur avancée sans assistant, et parfois même « sacrifier » un adjuvant pour accélérer le processus.

    Il s’agit donc d’optimiser chaque placement pour qu’ils offrent une rentabilité maximale. Il est indispensable d’éviter les actions trop neutres.
    Même l’acquisition des ressources demande de la vigilance d’optimisation. Si vos machines produisent beaucoup d’encres magiques, votre stock possible étant limité, vous risquez de vous retrouver à en produire pour rien alors qu’il vous aurait fallu plutôt à ce moment de la partie des fleurs électriques pour profiter des bonus du quai de livraisons.

    Quel enchaînement sera le plus efficace ? Tout est vraiment une question de bon tempo.

    Cependant, il ne s’agit pas d’une course. Il faut éviter de se précipiter et savoir attendre patiemment son heure… sans trop non plus. Le juste réglage pour le juste dosage.
    Dilemme, dilemme !


    La configuration de jeu a une certaine importance sur le renouvellement des tuiles.

    À 2, il est compliqué de trouver les bonus de tuiles les plus intéressants et l’on peut finir avec le même type de tuile, donc les mêmes gains de ressources et dans l’impossibilité d’avoir un jeu plus varié et équilibré, particulièrement sur les tuiles jaunes qui rapportent uniquement des points.

    À 4, les tuiles changent plus vite. Il faudra évidemment être le plus chanceux ou le plus rapide pour prendre les tuiles efficaces, mais le choix reste ouvert.
    Peut-être que défausser certaines tuiles en fin de manche aiderait à ouvrir le champ des possibles…

    L’univers se situe donc à des années-lumière de l’atmosphère étouffante de « Blade Runner », et c’est une sacrée bonne nouvelle. Il est plaisant, coloré bubble gum, appelle à jouer et s’apprivoise avec plaisir.

    « Mech A Dream » est vraiment un agréable jeu de gestion de ressources très rythmé. Un jeu passerelle qui comprend des mécaniques d’horloger tout en proposant divers modules pour varier le gameplay et les difficultés.
    Il s’adresse à des joueurs.ses qui veulent se frotter à un jeu plus complexe qui a le bon goût de se rendre lisible rapidement. Cela évitera de perdre les non aguerris sur les rouages du tapis roulant.

  • Ce jeu a été joué et recommandé par Des Jeux et des Bières, voici son avis :

    4/5

    Mech a dream est un jeu de placement d'ouvriers et de gestion de ressources familial. Les règles sont accessibles. A l'aide de vos assistants, vous aurez 7 jours tout au plus pour fabriquer des machines à rêves et gagner un maximum de points de rêves. A partir des machines que vous allez construire durant la partie, vous allez construire un moteur de jeu et pensez à l'optimiser car ce sont les machines qui vous donneront à chaque fin de manche des ressources et des points de victoire. Le jeu propose deux variantes qui sont intéressantes à ajouter après quelques parties, celles-ci ajoutent de la rejouabilité, de la stratégie et un peu de difficulté.

    Côté matériel, Blue orange nous offre un matériel qualitatif avec de jolis plateaux, des ressources en bois et de mignons petits meeple Assistant et Mouton électrique. Côté illustration, on adore le côté très coloré qui colle parfaitement à cette thématique du rêve. On notera tout de même qu'il y a beaucoup d'icônes sur les tuiles et cela peut rendre la lisibilité de celles-ci un peu compliqué. Un autre point, on apprécie l'effort écologique fait sur le jeu avec "zéro plastique". On a des petits sachets en papier pour ranger les différentes ressources du jeu.

    Mech a dream est parfait pour s'initier aux mécaniques de placement d'ouvriers et de gestion de ressources. Mais en tant que joueur un peu plus expérimenté, nous avons tout autant apprécié l'expérience de jeu qu'il propose notamment en ajoutant les variantes à nos parties.

    La review complète sur notre blog ludique : https://desjeuxetdesbieres.fr/mech-a-dream/

  • Ce jeu a été joué et recommandé par Gus & Co, voici son avis :

    4/5

    Mech A Dream est un jeu de société plutôt réussi. Facile à apprendre, mais difficile à maîtriser, au début, il promet de vous procurer des heures de plaisir tout en stimulant votre réflexion stratégique. Son thème unique et ses mécanismes bien implémentés en font un jeu captivant et indispensable pour les fans de stratégie. Parce que oui, Mech a Dream fait la part belle à la stratégie.

    Pour (petit) rappel, la stratégie est un ensemble coordonné d’actions, de décisions et de plans élaborés pour atteindre des objectifs spécifiques à long terme ou pour résoudre des problèmes complexes. Ici dans Mech a Dream, réussir à faire rêver un… robot. Et engranger ainsi le plus de Moutons (électriques). La stratégie prend en compte les ressources disponibles, les contraintes, les opportunités, les défis et les règles du jeu.

    Dans les jeux de société, la stratégie fait référence à l’ensemble des tactiques, des décisions et des plans qu’un ou qu’une joueuse ou une équipe de joueuses élabore et met en œuvre pour maximiser leurs chances de gagner.

    Mais quelle différence avec la tactique, vous devez sûrement vous demander (si ce n’est pas le cas, faites-moi plaisir et faites semblant) ?

    La stratégie et la tactique sont deux concepts qui, bien que liés dans les jeux de société, et également ici dans Mech a Dream, présentent des différences notables. La stratégie, on vient d’en parler.

    La tactique, en revanche, se réfère aux actions et décisions spécifiques prises par les joueurs et joueuses tout au long du jeu pour mettre en œuvre leur stratégie et progresser vers la victoire. Les tactiques sont ajustées en temps réel en fonction des circonstances changeantes, des actions des adversaires et des opportunités qui se présentent au cours de la partie. Les tactiques peuvent inclure le choix de bloquer un ou une adversaire, de réaliser une action spécifique pour obtenir un avantage immédiat ou de prendre des décisions qui permettent d’atteindre un objectif à court terme en vue de l’objectif stratégique plus large.

    « ajustées en temps » réel, c’est toute l’idée de la tactique. Au contraire de la stratégie, qui s’élabore, se développe, se déploie à long terme. Dans Mech a Dream, on est beaucoup dans la stratégie, et un peu dans la tactique aussi car les tuiles filent et défilent dans un marché, ce qui permet d’en voir, d’en vouloir de nouvelles. Mais également dans les cartes (triangulaires, c’est cute !) Livraison qui changent à chaque tour et qu’on ne connaît pas à l’avance, et qui permettent par conséquent de s’y adapter.

    Mech A Dream est un jeu fun, en quelque sorte, « hard fun », qui offre une solide courbe d’apprentissage et de rejouabilité. Aucune partie ne ressemblera à une autre ! Et il faut relever qu’il est idéal pour les familles avec des enfants dès 10 ans (pas moins !), grâce à ses règles simples, et les adultes vont également pouvoir s’éclater à développer des combos et autres stratégies de ouf. Allier jeu familial (dès 10 ans, c’est du Familial+, comme on dit) et jeu Initié est une belle perf, grâce à sa profondeur de gameplay.

    Que vous soyez fan de jeux de placement d’ouvrier et de combo ou à la recherche d’un jeu accessible, Mech A Dream est un excellent titre !

    Mais Mech a Dream souffre toutefois d’un gros écueil, un gros point noir, selon moi, selon nous. Son matériel. Tout est dense, densifié, pour offrir un jeu, un matériel, un prix le plus riquiqui possible. C’est bien. Mais c’est dommage. Car le jeu perd alors en ergonomie. Et donc en fluidité et en confort de jeu.

    L’ergonomie d’un jeu de société concerne la conception et l’organisation des éléments physiques et des règles d’un jeu pour offrir une expérience agréable, confortable et accessible aux joueuses et aux joueurs. Et vous en faites l’expérience à chaque partie de n’importe quel jeu. L’équipe de développement du jeu, de l’autrice-auteur à l’éditeur, tout le monde doit s’interroger pour rendre l’ergonomie du jeu la plus optimale, la plus effective et efficace possible.

    L’ergonomie d’un jeu de société est un aspect essentiel de la conception d’un jeu réussi et agréable pour les joueurs et joueuses. Elle englobe divers éléments tels que le matériel, les règles, l’accessibilité, le temps de jeu, l’interaction sociale, l’apprentissage, la progression, ainsi que le thème et l’esthétique du jeu.

    Le matériel du jeu doit être de bonne qualité, confortable à manipuler et facile à distinguer. Les éléments physiques tels que les pions, les cartes, le plateau et les dés doivent être adaptés aux différentes tranches d’âge et aux préférences des joueurs et joueuses. Les règles du jeu, quant à elles, doivent être claires, concises et faciles à comprendre pour les joueurs et joueuses de tous niveaux. Il est important que les règles soient présentées de manière attrayante et bien organisée, par exemple à travers un livret de règles illustré ou des aides de jeu.

    L’accessibilité est un autre aspect crucial de l’ergonomie d’un jeu de société. Les jeux doivent être conçus pour être accessibles à un large éventail de joueurs et joueuses, y compris ceux qui ont des handicaps ou des limitations physiques. Les éléments visuels facilement identifiables, les composants tactiles et les règles adaptables pour différents niveaux d’expérience et de compétence sont des considérations importantes à prendre en compte lors de la conception d’un jeu de société.

    Le temps de jeu est un facteur clé dans l’expérience globale des joueurs et joueuses. La durée d’une partie doit être adaptée au type de jeu et à l’engagement des joueurs et joueuses. Un équilibre entre la durée de jeu et la satisfaction des joueurs et joueuses est crucial pour garantir une expérience de jeu agréable.

    L’interaction entre les joueurs et joueuses est un élément fondamental des jeux de société. Les jeux devraient encourager la communication, la collaboration ou la compétition de manière équilibrée et agréable. Il est important de concevoir des jeux qui favorisent des interactions sociales saines et amusantes.

    L’apprentissage et la progression sont également des aspects importants de l’ergonomie d’un jeu de société. Les jeux doivent offrir une courbe d’apprentissage appropriée pour les débutants, tout en présentant des défis pour les joueurs et joueuses expérimentés. Les jeux qui s’adaptent au niveau des joueurs et joueuses ou qui permettent de développer des stratégies variées sont généralement plus attrayants et engageants.

    Enfin, le thème et l’esthétique du jeu contribuent grandement à l’expérience globale des joueurs et joueuses. Le thème du jeu et son apparence visuelle doivent être attrayants et cohérents, contribuant à l’immersion et à l’expérience ludique. Les illustrations, les couleurs et la typographie sont autant d’éléments importants à prendre en compte lors de la conception d’un jeu de société.

    En somme, l’ergonomie d’un jeu de société vise à créer une expérience agréable et engageante pour les joueurs et joueuses en tenant compte de tous ces éléments. Une conception ergonomique réussie peut rendre un jeu de société plus attrayant et mémorable, améliorant ainsi la satisfaction des joueurs et joueuses et augmentant la popularité du jeu.

    Mais plusieurs de ces aspects pèchent dans Mech a Dream. Et principalement son aspect matériel. Pour reprendre la phrase ci-dessus : « Le matériel du jeu doit être de bonne qualité, confortable à manipuler et facile à distinguer.

    Comme le matériel est vraiment compact, compacté, le jeu perd, beaucoup, en lisibilité. Les curseurs pour indiquer le stock de fleurs et encre sont… flottants. Surtout celui des fleurs. On ne sait jamais si on en a encore 2 ou 3, 4 ou 5, etc. C’est un détail, certes, mais qui a son importance dans un jeu de gestion de ressources pour acquérir telle ou telle pièce.

    Pareil avec le système de décompte de piste de points marqués par les cubes Moutons (électriques), jamais très précis, on a vite fait d’en pousser un par inadvertance ou de se tromper avec les unités.

    Les pictos, ensuite. Comme tout est mini-mini, on les discerne, on les distingue peu, et mal. Encore une fois, l’ergonomie du jeu en souffre. Et les tuiles entassées empêchent parfois de voir celles qui sont placées juste devant.

    Et une fois ses tuiles posées dans son atelier, au moment de leur activation, si c’est aisé de savoir laquelle a été activée avec 1-3 tuiles, cela devient rapidement la gabegie et la prise de tête avec 6-8. D’autant que les règles le stipulent bien, on peut les activer dans n’importe quel ordre.

    En soi, rien n’est rédhibitoire, tout est de l’ordre du détail. Mais un détail par-ci, plus un par-là font que l’expérience, le plaisir du jeu peuvent s’en sentir diminué.

    Un autre éditeur aurait peut-être choisi de proposer une plus grosse boîte avec un matériel élargi, plus cossu, plus lisible, plus cher, peut-être aussi. Blue Orange a préféré jouer (c’est le cas de le dire) la carte du compact.

    Mech a Dream est excellent jeu de gestion, de stratégie, de combos et d’optimisation sans hasard et au format détonant pour un éditeur au catalogue plus familial et accessible. Dommage que l’ergonomie du jeu pèche un poil.

    1 personne a trouvé cet avis utile

Voir plus d'avis

Vous devez être identifié pour soumettre des avis.

*Voir nos conditions de Frais de port